caméléon

Je me trouve plongée dans un cours de métaphysique sur la personne. Cela m’a transportée en arrière, bien avant que je ne connaisse ces messieurs Heidegger, Kant et Hegel et leurs idées sur la question. Ce qu’ils ont fait, les uns avec leur Dasein, les autres avec leur morale et leur liberté, c’est tenter de répondre à cette question houleuse, dangereuse, abyssale même, qu’est Qui suis-je ?. Comment peut-on savoir qui l’on est, quand on est si enfoncé en soi-même que l’on ne peut s’en dissocier ?

Mais ces considérations n’ont pas nécessairement suscité chez moi d’envolées philosophiques. Je me suis retrouvée confrontée à quelque chose de bien plus sensible, bien plus tangible, quelque chose que je n’avais pas ressenti depuis longtemps et que pourtant je ne crois pas avoir jamais surmonté : pendant longtemps, je ne savais pas qui j’étais. Non pas au sens existentiel, métaphysique, profond du je ne sais pas quel est l’étant de mon Dasein ni son Soi-même, non, tout simplement, je ne savais pas qui j’étais, même en apparence. Cela m’a énormément angoissée, et je crois que ce n’est que quand j’ai trouvé une personne avec qui je n’ai plus eu besoin de faire semblant que je n’ai plus eu peur de ne pas savoir qui j’étais.

J’ai toujours été une enfant bien intégrée. J’ai toujours su m’entourer, j’ai rarement été seule. Et pourtant, j’ai toujours ressenti une solitude extrême. J’avais les clés pour me faire apprécier (non pas de tous, et j’ai bien évidemment rencontré des débiles malintentionnés, je crois même que je me suis battue, une fois, c’était il y a tellement longtemps), je savais comment me comporter en société, je savais comment plaire. Même plus tard, quand j’ai commencé ma vie amoureuse, j’ai presque toujours su comment séduire, comment m’adapter à la personne en face pour être celle qui lui plaira. J’ai toujours été un caméléon. D’un groupe à l’autre, d’une personne à l’autre, je peux changer entièrement. Longtemps je m’en suis voulue. J’ai cru que je mentais aux gens, à tous les gens qui avaient croisé ma route. J’ai cru que j’étais fausse, que je n’étais qu’une façade changeante, un miroir irisé qui dissimulerait le vide. Tout ce que je savais, c’est que je me détestais tellement que j’avais ce désir insatiable de plaire, de plaire à tous ceux que je rencontrerais. Je n’ai jamais été hypocrite pour autant. Si j’ai menti, c’était avant tout à moi-même. Dès que j’ai pris conscience de mon fonctionnement social, je m’en suis voulue et ai voulu changer. Je n’ai jamais été une petite opportuniste qui savait brosser les gens dans le sens du poil pour obtenir ce qu’elle voulait; ou plutôt, si, je l’étais, mais c’était si naturel, et sans arrière-pensée, cela n’a jamais fait partie d’un plan ou d’une machination, c’était simplement qui j’étais – c’est-à-dire personne.

J’ai fini par accepter d’avoir de nombreuses façades quand j’ai compris que c’était, en fait, qui je suis. La personnalité ne peut pas se résumer à un ou deux traits, et il m’a fallu un moment pour réaliser que toutes ces personnes que j’avais eu le sentiment d’être au cours des années, au gré des circonstances, faisaient toutes partie de qui je suis. Ce jeu des facettes, ce sentiment de mentir à tout le monde, dont moi-même, je l’ai compris et dépassé à partir du moment où j’ai réalisé qu’il y avait quelques rares personnes avec qui je me sentais libre. Des personnes en qui j’avais une confiance suffisante pour ne pas ressentir le besoin de leur plaire en chaque instant, faute de quoi je les perdrais. Et c’est un soulagement dont je réalise un peu plus chaque jour la mesure.

Bien sûr qu’on ne sait jamais vraiment qui on est. Pour ma part, je souhaite simplement continuer à grandir, m’enrichir, me surprendre, et surtout être authentique envers ceux qui me sont chers.

 

dire que j’étais sûre que mon premier post perso serait sinon politique, du moins féministe. j’avais juste envie de nourrir le blog, et d’écrire, pour sortir de ma léthargie, et c’est ce qui m’a taraudé toute la journée qui m’a donné l’impulsion. si tu lis ces lignes, merci d’être arrivé jusque-là, même si ce post ne t’a pas apporté grand-chose. promis bientôt je sortirai un article intéressant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :